Stacks Image 960

Pour commander cliquez ici

SUZNANIE / GUEORGUI KORNAZOV & LEONARDO MONTANA / 2014
Gueorgui Kornazov, trombone, compositions
Leonardo Montana, piano

1 UTRIN
2 OCHAKVANE
3 ZIG ZAG
4 VECHNOST
5 STRAST
6 TUMNINA
7 TUGA
8 PORIV
9 RAZMISUL
10 POLET
11 SUZNANIE

PRESSE
«Avec le pianiste brazilien Leonardo Montana, le duo laisse libre cour à leur penchant pour une certaine évidence melodique et harmonique. Puissance et précision rythmique (Montana), travail en finesse sur le souffle et les harmoniques (Kornazov), l'amplitude sonore du tromboniste est sans pareille»
VINCENT COTRO, JAZZMAGAZINE, novembre 2014

«Gueorgui Kornazov fait rugir son trombone. Feulements, plaintes et ronronnements gigantesques, soudaines explosions sonores traversées d’insolites harmoniques lorsque sa voix vient ajouter quelque contrechant dans l’embouchure du trombone. Les pièces s’enchaînent les unes aux autres, laissant rarement le temps au public fasciné le temps d’applaudir ou simplement d’y songer. Un répertoire qui m’évoque un instant Dollar Brand, référence qui se fond dans un tout cohérent, en englobant bien d’autres du domaine populaire, du blues au Balkans sans vraiment se laisser identifier, un tout lyrique, poignant, grandiose, héroïque que Kornazov habite d’une espèce de colère intérieure que tempère à peine la réplique, souvent délicate, de Leonardo Montana. Celle-ci est polymorphe, jouant de l’accord, de l’arpège, de l’accompagnement, d’un bref unisson et du contrechant, stimulant, commentant, contrastant. C’est riche, tout en restant en retrait de l’énorme tuyauterie fauve du trombone qui dévore tout sur son passage, en une interaction à sens unique qui exclut ces moments d’attendrissement réciproque et de magie de la note et du silence croisés que permet le duo. J’adhère immédiatement à la fascination collective mais, au fil des morceaux, je me braque comme face à quelqu’un dont l’amour, la colère, l’indignation ou l’enthousiasme vous submergeraient jusqu’à l’asphyxie.»
FRANCK BERGEROT redacteur en chef de JAZZMAGAZINE, juillet 2015

«On a beau chercher, fouiller, interroger sa mémoire, arpenter les rayonnages bourrés de surprises des médiathèques publiques et questionner les vieux sages, les duos trombone / piano ne sont pas légion. Pour le reste, la rareté est de mise, en tout cas sur un album entier. C’est dire l’originalité de la tâche que s’assignent Gueorgui Kornazov et Leonardo Montana. Le duo fait preuve d’exotisme: il n’est sans doute pas commun qu’un Bulgare joue en toute complicité avec un Brésilien...Chaque morceau porte un nom bulgare qui en détermine la couleur: «Utrin» (matin), chaud et cuivré, plein d’espoir, «Ochakvane» (attente) est plus méditatif. Montana va quérir dans les profondeurs de ses cordes la pulsation nécessaire pour soutenir le grand sens mélodique de Kornazov, agile et plein de douceur.Le sens rythmique du pianiste permet à son comparse de multiplier les effets d’embouchure et de sourdine qui altèrent le timbre pour mieux lui donner de la profondeur, comme sur l’étourdissant «Poriv» (Rafal): le trombone semble filtrer à travers un déluge d’accords pilonnés. Sur «Strast» (passion), les rôles s’équilibrent, s’échangent parfois lorsqu’il se lance dans un growl impétueux. Le thème, lumineux de simplicité, circule malicieusement entre les deux solistes, dont on partage l’évidente jubilation. Après ce bel album, la question se pose avec acuité.»
FRANPI BARRIAUX, CITIZEN JAZZ janvier 2015
http://www.citizenjazz.com/Gueorgui-Kornazov-Leonardo-Montana.html